Grossesse

Grossesse

J’ai 15 ans et je veux un bébé. J’ai très envie d’être enceinte. Est-ce que c’est normal de vouloir un enfant à 14 ans ?… Entre 13 et 18 ans, c’est assez fréquent d’éprouver ainsi une « envie de bébé » parfois aussi furieuse qu’une envie de chocolat. Au cinéma, dans les séries, c’est aussi un sujet qui revient, avec des personnages d’ados enceintes, comme dans les films Juno, 17 filles, les séries Glee, Fisica o quimica, Clem.

Envie de grossesse = envie de quoi ?

Mais de quoi a-t-on envie quand on a des désirs de maternité à l’adolescence ?

• De vérifier que l’on n’est pas stérile ?
• D’être enceinte ?
• De mettre un enfant au monde ?
• D’un bébé tout mignon qu’on pourra câliner ?
• D’un amour total et inconditionnel avec un être issu de sa propre chair, évitant ainsi le danger de la rencontre avec un autre ?
• De retourner dans le monde de la tendresse enfantine ?
• De remplir sa vie de quelque chose, quand on a l’impression qu’elle est vide et que l’avenir est flou ?
• De réparer quelque chose de sa propre enfance, des ses relations avec ses parents ?
• De faire mieux que ses parents ?
• De maîtriser quelque chose de sa vie, à un moment où on a souvent l’impression que tout nous échappe et que l’on n’est pas maîtresse de son propre destin ?
• De quitter ses parents en devenant mère ?

L’envie de grossesse, d’enfant, est un désir compliqué, qui n’est pas le même chez chacune et met en jeu toute la complexité de l’histoire personnelle.

Avoir envie d’être enceinte, ce peut être avoir envie, non pas tant d’avoir un bébé mais de vivre le temps de la grossesse, d’être une femme enceinte, avec ce que cela peut signifier pour chacune. La femme enceinte est une figure chargée de sens et de symboles : elle représente la féminité féconde, épanouie, pleine. Dans l’imaginaire collectif, on serait une femme plus « aboutie », on aurait accédé à un niveau « supérieur » de la féminité en étant mère. Avoir envie d’être enceinte, ce peut donc être désirer cette « hyperféminité », désirer devenir une « vraie » femme, enfin, alors même que l’on est en pleine transformation adolescente et que, justement, on n’est pas encore complètement une femme, on est encore un peu une enfant.

Fantasme ou désir

Ce désir compliqué, même quand il est fort ne prend souvent pas beaucoup en compte la réalité de ce qu’est réellement l’arrivée d’un enfant et de ce que cela implique, à commencer par l’existence d’un père. On peut avoir très envie d’être enceinte, rêver à la relation enchantée que l’on aura avec son bébé en oubliant qu’un enfant, c’est toujours l’enfant d’un couple ; sans avoir non plus la moindre idée du prix d’un paquet de couches, du montant d’un loyer, du temps que prend, dans une journée, les soins et l’attention dont l’enfant a besoin, de l’organisation des modes de garde dans la ville… Bref, de tous les trucs pas glam dont on a à s’occuper quand on devient parent.

On rêve à son futur enfant comme on rêve à son grand amour, sans s’embarrasser de réalité. L’envie d’enfant à l’adolescence relève donc souvent davantage du fantasme que du projet. C’est une envie qui sert surtout à se préparer à sa future vie d’adulte, à s’y imaginer et à expérimenter le plaisir que cela sera. Le réaliser n’est souvent pas ce qui peut arriver de mieux car la rencontre avec la réalité peut être très violente.

Au cours de cette période, on est en pleine transformation. C’est le moment où on se confronte avec ses parents, son histoire familiale. C’est le moment où on se « sépare », où on choisit son propre chemin. Ce processus est émotionnellement violent. Avoir un bébé à ce moment-là, alors que l’on est très occupée par ses conflits intérieurs peut être difficile : comment se sentir alors concernée par les besoins d’un tout petit et y répondre ? Comment passer son bac quand on est réveillée trois fois par nuit par son enfant ?

Avoir un bébé ne transforme pas une ado en adulte…

Quand on devient mère à l’adolescence, on reste une adolescente, avec ses problèmes, ses ressentis, ses besoins…

Désir d’enfant et accidents de contraception

On peut se poser la question du lien entre un désir d’enfant et un « accident » de contraception, une « prise de risque » mais c’est important de rester prudent.

On peut supposer que c’est parce qu’il y a un désir d’enfant qu’arrive un accident, une prise de risque. Mais on peut aussi penser que c’est parce que ce désir ne trouve pas d’espace pour exister, en tant que fantasme, qu’il se transforme en acte.

Vouloir être enceinte et après ?

Souvent l’envie de grossesse à l’adolescence ne dure qu’un moment. Elle s’apaise ou disparaît au cours de l’adolescence.

Le désir d’enfant peut revenir plus tard, quand on est adulte, dans une relation à deux et un projet qui permettra à l’enfant comme à ses parents de bien vivre ensemble.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que devenir mère à l’adolescence provoque systématiquement des catastrophes ou qu’avoir plus de 18 ans fait de chacune une mère exemplaire !

 

Source : Fil Santé Jeunes – j’ai envie d’un bébé 

Laisser un commentaire

*

*